Menu
Découvertes & natureBiotopes

Biotopes

Biotope des Epines

Dans le cadre des mesures de compensations écologiques demandées par l’Etat du Valais lors de la construction des grands chantiers autoroutiers et hydroélectriques de Cleuson-Dixence, le biotope des Epines, situé à l'embouchure de la Morge dans le Rhône, a été déclaré site naturel protégé.

Le lieu tire son nom des arbustes épineux (argousiers) qui y poussent. C'est un des plus grands biotopes humides sous protection dans la plaine du Rhône (15 ha). La protection de ce site a pour but la revitalisation du biotope de façon à instaurer des milieux alluviaux caractéristiques de la Plaine du Rhône d’autrefois. Elle compte ainsi maintenir et augmenter la biodiversité.

L'aire d'extraction de la gravière est propice au développement d'une  faune et flore d'une richesse exceptionnelle. Cet espace est agrémenté d'un observatoire et de quelques panneaux didactiques, il constitue un lieu de détente et de découvertures des plus intéressants. (Accès conseillé par la digue du Rhône).

Le Marais d’Ardon

Le marais d’Ardon (18 ha), vestige d’un ancien bras de la Lizerne, est un des rares biotopes humides subsistant dans la plaine du Rhône; il joue à ce titre un rôle clé dans la conservation de la biodiversité animale et végétale associée à ce type de milieu. Il figure aux inventaires des bas-marais et des sites de reproduction des batraciens d'importance nationale. Il a été mis sous protection en 2005.

 Afin de lutter contre sa lente dégradation qui menace la survie des espèces (souvent rares), un programme de revitalisation et de mise en valeur a été entrepris par le canton du Valais en collaboration avec les communes (Ardon et Chamoson) et Pro Natura. On espère même y réintroduire certaines espèces indigènes disparues comme l’écrevisse à pattes blanches. 

 

 

 

Un chemin didactique a été mis en place, ainsi qu'un point d'observation.

Vous pourrez y observer des nombreuses espèces de la faune et de la flore. Peut-être même verrez-vous les vaches écossaises qui pâturent le marais?