Menu
Terroir & patrimoineLes églises

Les églises

L’église de St-Séverin

L'un des anciens édifices contheysans les mieux conservés est le clocher de l'église de Saint-Séverin. Les recherches archéologiques entreprises lors de la dernière restauration (1989-1992) ont mis à jour une église romane datant du 12e siècle et comparable à celle de Saint-Pierre-de-Clages. Les parties significatives (murs est et sud ainsi que le clocher) n'ont pas été recrépies, afin que le visiteur curieux puisse comprendre son histoire.

Avant la division de la paroisse et la création de la Sainte-Famille, sur les hauts de la commune, en 1928, c'était l'église de la plus grande partie des Contheysans. Sa situation périphérique peut surprendre. Cependant, huit siècles durant, elle a rassemblé les fidèles du territoire contheysan, à l’exception de ceux  de Plan-Conthey, Vétroz et Magnot. A plus d’un titre, elle a fonctionné comme centre régional et comme point de rencontre de toute la communauté.

La Chapelle Sainte-Pétronille

La plus ancienne chapelle de Conthey est un des rares petits joyaux baroques encore conservés dans le Valais romand. Elle a été construire et pourvue d'un autel richement orné vers 1690, par les Waldin, une famille patricienne de Sion.

L’Eglise d’Ardon-Magnot et son site archéologique

Dédiée à St-Jean Baptiste et St-Jean l’Evangéliste, l’église d’Ardon-Magnot renferme de nombreux vestiges gallo-romains découverts au 19ème siècle.

Oubliés au cours de la première moitié du 20ème siècle, la rénovation de l’église en 1959 permet de les redécouvrir et surtout de mettre au jour une succession impressionnante d’édifices préchrétiens et chrétiens. Le site, qui peut se visiter, dispose d’un système audio (français, allemand, anglais) et visuel et deux panneaux explicatifs en français.

Ce lieu de cultes se compose d’un clocher gothique, d’une nef et d’un chœur néogothique.
Chaque année en juin et décembre, la commune d’Ardon fête les St-Jean d’été et d’hiver.

L’église de Vétroz

Il n’existe pratiquement pas d’information sur l’église de Vétroz au Moyen Age. En 1394, un autel secondaire, dont le vocable n’est pas précisé, est fondé, le titre magdalénien est mentionné alors pour la première fois.

Force détails, sur l’état de l’édifice et de son mobilier, sont donnés dans un procès verbal établi lors d’une visite épiscopale en 1615.

En 1919, sur la demande de la commune, l’architecte Joseph Dufour dresse un rapport d’expertise alarmant, invitant à réparer et à consolider l’église dans les plus brefs délais. La paroisse décide alors d’en édifier une nouvelle. La réalisation est confiée à l’architecte François-Casimir Besson de Martigny. Il imagine un vaste édifice d’inspiration néo-romane dont seul le plan de situation, daté d’août 1921, est connu.

Les témoignages sur cette construction font défaut. On peut imaginer que, selon la coutume, les paroissiens sont mis à contribution. La première pierre est bénite le 11 novembre 1921. La nouvelle église est consacrée par l’évêque de Sion, le 29 avril 1923. De l’ancien sanctuaire, seul le clocher a été conservé, il sert de clocher-porche. L’inspiration néo-romane s’affiche partout. L’édifice a été modernisé en 1966, les styles néo-médiévaux sont en partie réhabilités. Cette église est l’un des témoignages les plus aboutis de l’architecture néo-romane en Valais.

Extrait de « L’église de Vétroz », Gaëtan Cassina, 1996